Galerie photos

 

LA VILLA NOAILLES (Hyères) – Novembre 2022. Commandée à l’architecte Robert Mallet-Stevens dans les années 1920 par le vicomte Charles de Noailles et son épouse Marie-Laure de Noailles pour servir de résidence d’hiver, la Villa Noailles – appelée également le Clos Saint Bernard – est l’un des témoignages les plus révélateurs des nouveaux concepts développés par l’architecture moderne de l’Entre-Deux-Guerres en Europe. Elle porte en elle les principes du mouvement rationaliste par sa recherche d’une luminosité maximale, de la fonctionnalité de l’habitation et par une épuration des éléments décoratifs. Cette villa dispose de quinze chambres comportant chacune une salle de bain, un dressing, le chauffage central et le téléphone. Mallet-Stevens fera appel pour la construction et la décoration aux plus grands artistes – tout du moins aux plus prometteurs – de l’époque (Jean Prouvé, Eileen Gray, Sonia Delaunay, Jean Perzel, Constantin Brancusi ou encore Alberto Giacometti).
LA CITÉ INTERNATIONALE DE LA GASTRONOMIE ET DU VIN (Dijon) – Novembre 2022. Depuis le 6 mai 2022, la Cité de la gastronomie et du vin de Dijon a ouvert ses portes au public intéressé pour découvrir les vins de Bourgogne dans la Chapelle des Climats et des terroirs, pour saisir les mille facettes du Repas gastronomique des Français (inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2010) et apprendre l’évolution de la cuisine et des arts de la table au sein de différents pavillons d’expositions. On y trouve également un Village gastronomique constitué de huit boutiques dédiées à l’artisanat culinaire (fromagerie, boucherie, pâtisserie…). La Cité accueille aussi l’École hôtelière Ferrandi (cf. photo). Déjà présente à Paris, Saint Gratien, Bordeaux et Rennes, cette école propose des cursus de formation en cuisine et en pâtisserie.
La ville de Dijon a été sélectionnée par l’État en 2013 pour intégrer le réseau des cités de la gastronomie avec Lyon, Paris-Rungis et Tours. Pour développer la Cité, la ville de Dijon a choisi de restructurer l’ancien hôpital général – c’est-à-dire l’Hôtel-Dieu édifié entre le XVe siècle et le XVIIIe siècle au bord de la rivière Ouche.
NICOSI (Chypre) – Octobre 2022. Cette ville a connu plusieurs sièges : les Vénitiens en 1489, puis les Turcs en 1570. Située sur la rivière Pedios au centre de l’île, Nicosie compte plus de 300 000 habitants, ce qui en fait la ville la plus peuplée de l’île.
Depuis l’intervention turque de 1974, la capitale de la République de Chypre est de facto coupée en deux : la partie septentrionale (turque) de Nicosie est séparée par la « ligne verte », une zone démilitarisée contrôlée par l’ONU. Celle-ci partage également l’île en deux entités distinctes (cf. photo avec le drapeau turc sur le versant de la montagne située au nord de la ville). Depuis avril 2008, en accord avec les autorités turques du Nord, les Chypriotes grecs ont abattu une partie du mur au niveau de la rue Ledra, constituant l’un des points de passage de Nicosie, peut-être un premier pas vers la réunification de Chypre.
VANCOUVER (Canada) – Septembre 2022. Avec ses 2,6 millions d’habitants, l’agglomération de Vancouver est la troisième plus grande aire métropolitaine du Canada. Même si de nombreux laissés-pour-compte campent aujourd’hui dans les rues ou sous les porches du Downtown, Vancouver est souvent classée en haut du palmarès des villes où il fait bon vivre : la municipalité travaille en effet sans relâche depuis longtemps à faire de Vancouver la ville la plus green du monde.
Dénommée à l’origine Gastown (1867) – le cœur historique de Vancouver est d’ailleurs toujours appelé Gastown –, la ville sera renommée Vancouver quelques années après, en hommage au capitaine de marine britannique George Vancouver qui avait exploré la région à la fin du XVIIIe siècle. Le Downtown renferme encore de nombreux immeubles de la fin du XIXe et du début du XXe siècles. Le Woodward’s Building, situé sur West Cordova Street, en est un bon exemple. Originellement cet immeuble abritait le plus grand supermarché alimentaire d’Amérique du Nord (Woodward). Après la faillite de ce dernier en 1993, l’immeuble a été squatté et ensuite démoli pour être reconstruit en 2007. On découvre aujourd’hui un bâtiment au design rétro avec ses dentelles en métal couleur rouille (cf. photo).
SEATTLE (USA) – Septembre 2022. Située au nord-ouest des États-Unis, Seattle est la plus grande ville de l’état de Washington : la ville intra-muros compte plus de 730 000 habitants et l’aire métropolitaine totalise 4 millions d’habitants, ce qui en fait la 15e agglomération des États-Unis. Cette ville, établie entre bras de mer, lacs et montagnes, a été fondée au milieu du XIXe siècle et baptisée en hommage à un chef amérindien Seattle. Rapidement, la cité émeraude, comme on l’appelle en raison de la couleur verte des forêts qui l’entourent, s’est développée économiquement grâce à la pêche, au bois, ou encore à l’or. De cette période, on trouve de nombreux immeubles, notamment le magnifique Pioneer Building (cf. photo) avec ses arches romanes et ses colonnes frontales travaillées. Achevé en 1892, ce bâtiment de 29 m de haut, de style roman richardsonien en pierre, brique rouge, terre cuite et fonte, a été conçu par l’architecte Elmer H. Fisher (1840-1905). Lors de la ruée vers l’or du Klondike (dans le territoire canadien du Yukon) à la fin du XIXe siècle, il abritait des sociétés minières, et pendant la Prohibition, il accueillait le premier bar clandestin de Seattle.
LE MUSÉE NISSIM DE CAMONDO ((Paris – 8e) – Août 2022. Situé en bordure du parc Monceau dans le 8e arrondissement de Paris, le musée Nissim de Camondo abrite certainement une des plus belles collections de mobiliers et d’objets d’art du XVIIIe siècle. Ce musée était autrefois la demeure de Moïse de Camondo, demeure construite entre 1911 et 1914 par l’architecte René Sergent. Inspiré du Petit Trianon de Versailles, cet hôtel particulier au confort moderne d’une maison du début du XXe siècle permettra à son propriétaire d’y installer ses collections, qu’il ne cessera d’augmenter jusqu’à sa mort en 1935. Par testament, l’hôtel et les collections qu’il renfermait seront légués à l’Union centrale des arts décoratifs pour devenir le musée Nissim de Camondo, en mémoire de son fils Nissim tué au cours de la Grande Guerre. Le musée présente quelques-uns des plus beaux meubles et objets des époques Louis XV et Louis XVI, notamment des chaises du salon turc de Madame Élisabeth, sœur de Louis XVI.
L’HÔTEL DIEU (Lyon) – Juillet 2022. Construit en bordure ouest du Rhône, non loin de la Place Bellecour, l’Hôtel Dieu a été jusqu’en 2010 un centre hospitalo-universitaire dépendant des Hospices Civils de Lyon. Classé monument historique en 2011 en raison de sa grande richesse architecturale – il comprend entre autres une chapelle de style baroque dédiée à Notre Dame de la Pitié et un cloître datant du XVIIe siècle, ainsi qu’un grand dôme dessiné par l’architecte Jacques-Germain Soufflot –, cet ensemble de bâtiments est resté plusieurs années désaffecté. C’est en 2015 que commencent d’importants travaux de réhabilitation. En 2018, l’Hôtel Dieu, reconverti partiellement en hôtel de luxe, ouvre ses portes au public. Celui-ci peut désormais déambuler dans les différentes cours qui ont été généreusement arborées et fréquenter les nombreuses boutiques situées au rez-de chaussée. Un projet de musée médical et anatomique est à l’étude…
VANNES (Morbihan) – Juin 2022. Sur les rives nord du Golfe du Morbihan, Vannes est une commune d’un peu plus de 50 000 habitants située au sein d’une aire urbaine de près de 160 000 habitants. Préfecture du département du Morbihan, cette ville moyenne est devenue au fur et à mesure du temps un centre économique prospère et une destination touristique de plus en plus prisée. La vieille ville, enfermée dans ses remparts et groupée autour de la cathédrale Saint-Pierre, possède un important patrimoine de maisons à pans de bois, dites aussi à colombage (cf. photo) ; on en compte près de 220. Les plus anciennes de ces demeures à colombage datent du XVe siècle. Les rez-de-chaussée sont occupés depuis l’origine par des boutiques ; c’est ainsi que l’on retrouve certaines enseignes originelles sur les murs de ces maisons.

Découvrir plus d’histoires – Archives