Galerie photos

 

LES VILLAS  (Deauville – Calvados) – Décembre 2020. Encouragé par le Duc de Morny, demi-frère de Napoléon III, Joseph Olliffe, médecin de l’ambassade d’Angleterre, investit en 1859 avec le banquier Armand Donon, de la Banque ottomane, plusieurs centaines de milliers de francs or pour l’achat de près de 250 ha de terrains marécageux sur le ban de la commune de Deauville. Avec l’architecte-urbaniste Desle-François Breney, ils veulent créer, à l’image de Cabourg ou d’Houlgate, une nouvelle « colonie » balnéaire ; ils souhaitent également en faire un « Paris d’été », une « ville de plaisirs ». En l’espace de dix ans, le petit village de Deauville qui ne compte que 120 habitants à la fin de la décennie 1850 va devenir une véritable ville avec une gare ferroviaire, une infrastructure portuaire, un hippodrome, un établissement de bain, un casino, une digue-promenade de 1 800 m, et bien sûr de nombreuses résidences (villas) toutes luxueuses et plus élégantes les unes que les autres (cf. photo). En effet, les architectes dessineront les plans des villas dans ce que l’on appelle le style éclectique, un savant mélange de styles régionaux et historiques. Ces villas doivent être ostentatoires et afficher la réussite sociale de leur propriétaire, partout l’inattendu, partout l’élégance, partout la fantaisie : ici un chalet russe, à côté une maison hollandaise, plus loin un manoir anglais…
PORTO  (Portugal) – Octobre 2020. La deuxième ville du Portugal est au centre d’une grande agglomération de près de 2 millions d’habitants. Bâtie sur des rives escarpées à l’embouchure du Douro, Porto est composée d’une partie haute, une sorte de plateau ondulant, au sommet duquel domine la tour de l’église des Clercs (Torre dos Clérigos) mesurant près de 76 mètres et qui a longtemps servi de phare pour les navires rentrant au port ; plus bas la cité historique glisse au fil des ruelles étroites et pavées vers le fleuve Douro. Cette ville, composée de demeures anciennes serrées les unes contre les autres, recouvertes de tuiles rouge (cf. photo), portent la marque d’un passé tourné vers les aventures maritimes en direction du Brésil. Juste en face de Porto, de l’autre côté du Douro, la grande ville de Vila Nova de Gaia dans laquelle se sont implantées un grand nombre de sociétés de vin de Porto, devient aujourd’hui, dans sa partie la plus proche du Douro, un haut lieu du tourisme et de la gentrification.
LIBRAIRIE LELLO E IRMÄO  (Porto – Portugal) – Octobre 2020. La librairie Lello, également connue sous le nom Librairie Chardron, est certainement l’une des plus belles librairies au monde. Située dans le centre historique de Porto (rue Carmelitas), elle a été inaugurée en 1906. Hormis sa superbe façade blanche moderniste et néogothique, ce qui en fait surtout sa renommée est son intérieur digne d’un monument historique : l’exubérance de la décoration en plâtre imitant le bois, la délicatesse de l’escalier à double volée et à double orientation, ainsi que les magnifiques vitraux placés au plafond, autant d’éléments qui donnent l’impression d’être dans un cabinet de curiosités dédié aux belles-lettres ou dans la merveilleuse bibliothèque de Poudlard (in la série romanesque Harry Potter).
LES ATELIERS DES CAPUCINS  (Brest – Finistère) – Septembre 2020. Les Ateliers des Capucins sont des anciens bâtiments de l’Arsenal de Brest. Ceux-ci ont été construits au début du XIXe siècle afin de répondre aux besoins de fabrication de nouvelles machines propulsives. Rétrocédés à la ville en 2009, ils sont reconvertis essentiellement en centre culturel – notamment une grande médiathèque – et commercial. Ce centre est désormais desservi par le premier téléphérique urbain de France qui traverse le fleuve côtier la Penfeld. Ces ateliers imposants sont constitués de trois nefs monumentales ; la nef centrale, dénommée la « place des machines », représente la plus grande halle couverte d’Europe avec ses 10 000 m2 de surface (cf. photo).
LE DOMAINE DE DAMPIERRE (Yvelines) – Août 2020. Au cœur de la vallée de Chevreuse, le domaine de Dampierre-en-Yvelines s’étend sur près de 400 ha et son château figure parmi les plus grands châteaux privés de la région parisienne. Il a été la propriété pendant plus de 400 ans de la famille de Luynes, et depuis 2018 de Franky Mulliez (propriétaire de l’entreprise Kiloutou). Fermé depuis 2016, le château de Dampierre, conçu par le Premier Architecte du roi Louis XIV Jules Hardouin-Mansart (1646-1708), est en pleine rénovation. Son architecture révèle un style classique par la rigoureuse disposition des fenêtres qui marque les étages. La façade est ornée de colonnes et d’un fronton antique.
Dessiné par André Le Nôtre (1613-1700), le parc du château est ouvert au public depuis avril 2019. Visiter le parc de ce château avec ses perspectives, ses carrefours en étoile, ses larges allées bordées de chênes, son petit pavillon XVIIIe (cf. photo), et son grand canal est déjà un voyage au sein des XVIIe et XVIIIe siècles…
LE CHÂTEAU DE BRETEUIL  (Yvelines) – Août 2020. Le château de Breteuil est une grande demeure située dans la vallée de Chevreuse, à 35 km au sud de Paris. Il présente une architecture du XVIIe siècle, comportant une cour carrée, entièrement enserrée de murs et bordée de fossés. Les différents bâtiments sont à structure en brique et remplissage sous enduit. Le château est entouré de jardins à la française et d’un jardin à l’anglaise, dit « jardin des Princes » ; il est ainsi nommé en l’honneur de l’amitié entre la famille de Breteuil et la famille royale anglaise. Il dispose également d’une orangerie, d’un colombier et d’un labyrinthe.
Plusieurs personnes issues de la famille Breteuil se sont illustrées au cours de l’histoire, notamment Gabrielle-Émilie Le Tonnelier de Breteuil, plus connue sous le nom d’Émilie du Châtelet (née à Paris en 1706 – morte à Lunéville en 1749), femme de lettres, mathématicienne et physicienne, estimée pour sa traduction en français des Principia Mathematica de Newton, et Louis Auguste le Tonnelier de Breteuil, ministre de Louis XVI, qui arrêta le cardinal de Rohan à Versailles (1785) lors du scandale de l’affaire du collier.
LE CHÂTEAU DE VAUX-LE-VICOMTE  (Seine-et-Marne) – Juillet 2020. Le château de Vaux-le-Vicomte, situé à 50 km au sud-est de Paris, est un château du XVIIe siècle (1653-1661) construit pour le Surintendant des finances de Louis XIV, Nicolas Fouquet. Celui-ci fait appel aux meilleurs artistes de l’époque pour ériger ce château : l’architecte Louis Le Vau, le peintre Charles Le Brun et le paysagiste André Le Nôtre. Impressionné par l’éclectisme et la modernité de ce château, le roi fera de nouveau appel à eux pour construire celui de Versailles.
Majestueusement disposée sur un axe nord-sud de plusieurs kilomètres, la demeure de Vaux-le-Vicomte surgit par un effet de plans successifs tel un décor de théâtre. Cette perspective traverse le château par le vestibule et le grand salon vitrés, de là on peut apercevoir la statue dorée d’Hercule deux kilomètres plus au sud. À Vaux-le-Vicomte, l’architecte va se dégager des conventions rigides de l’architecture de l’époque. Auparavant, on construisait les bâtiments en corps simples, constitués de pièces avec des ouvertures sur la cour et sur les jardins. Cette disposition obligeait à placer les pièces en enfilade. Louis Le Vau introduira le couloir central qui distribue à l’étage quatre appartements indépendants, les dotant ainsi d’une intimité jusque là inconnue. Cette disposition sera reprise par la suite dans tous les hôtels particuliers du monde entier.
LA MAISON DU PORT  (Anvers – Belgique) – Février 2020. La maison du port inaugurée en 2016 est le nouvel emblème de la cité anversoise. Elle est l’œuvre de l’architecte irako-britannique Zaha Hadid (1950-2016). L’Havenhuis est un édifice spectaculaire qui mélange deux styles architecturaux totalement diffé-rents : une caserne de pompiers du XIXe siècle à l’architecture rationnelle et une extension futuriste posée sur cette caserne. Cet ensemble abrite les bureaux de la Société portuaire d’Anvers. Fichée sur un pilier en béton, l’extension moderne de quatre niveaux et de plus de 100 mètres de long a la forme d’une proue de navire dont la coque facettée est un clin d’œil à la tradition diamantaire de la ville.

Découvrir plus d’histoires – Archives