Actualités

Dernières publications

 

« Les gentrifieurs à l’assaut du périurbain », EspacesTemps.net [En ligne], Travaux, 2019 | Mis en ligne le 19 juin 2019 (avec H. Marchal).
« Les stéréotypes tenaces sur les banlieues et les zones périurbaines », Hermès, La Revue, « Les stéréotypes, encore et toujours », n° 83, 2019/1, p. 170-175 (avec H. Marchal).
« Les charmes discrets de la France périurbaine », Sciences Humaines Hors-série, « Où va la France ? Enjeux de notre temps », n° 24, mai-juin 2019, p. 38-40 (avec H. Marchal).

Galerie photos

 
 

THE VESSEL (Hudson Yards – New York) – Juin 2019. Longtemps déserté, le quartier de Hudson Yards se dévoile progressivement aux New-Yorkais et aux touristes… Ici, pas de record de hauteur :  les tours résidentielles et de bureaux dépasseront tout juste les 300 mètres de haut – ce qui fait déjà une hauteur très importante au regard des standards européens ! Ce nouveau complexe, situé à proximité de l’Hudson River et de la High Line, est certainement le plus ambitieux et le plus grand projet immobilier privé jamais réalisé aux États-Unis. Par ailleurs, cet ensemble, composé d’un vaste centre commercial, d’un hôtel, d’une salle de spectacle, de bureaux, de logements, de restaurants…, renferme de nombreuses innovations urbanistiques et technologiques : il dispose entre autres de son propre procédé de traitement des déchets, de sa station électrique anti-coupure de courant et d’un système de protection des équipements sensibles face aux éventuelles catastrophes naturelles (montée des eaux…).
The Vessel (le vaisseau) (cf. photo) est sans doute la pièce maîtresse de ce quartier posé au dessus du garage des trains du Long Island Railroad. The Vessel est une structure évasée de 15 étages placée au centre de l’espace public. Signé de l’artiste et designer anglais Thomas Heatherwick, cet édifice, qui ressemble à un nid d’abeilles, dispose de 154 escaliers interconnectés, 80 plateformes et de 2 500 marches. En 2017, lors de la présentation du projet, le New York Times l’avait qualifié d’« escalier menant nulle part »…
MINSK (Biélorussie) – Juin 2019. Située au centre de la Biélorussie, Minsk, sous domination soviétique pendant de longues années, est devenue progressivement au cours des trois dernières décennies une métropole moderne de plus de 2 millions d’habitants. Capitale de la République Bélarus, cette ville à la croisée de l’Orient et de l’Occident a été plusieurs fois envahie, détruite et brûlée. Fortement endommagée – à plus de 90 % – par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale, Minsk a été rapidement reconstruite après la guerre. La plupart des monuments de la ville ont été détruits, et la reconstruction des années 1950 a laissé place à de vastes esplanades, de larges avenues et des immeubles bâtis dans le style du « Réalisme socialiste » (cf. photo de la place de la Victoire). Le centre de Minsk – le long de la perspective Niezalieznasci et de la rue Lienina entre autres – est certainement l’exemple le plus éclatant de l’architecture stalinienne au sein de l’espace post-soviétique.
FUNCHAL (Île de Madère – Portugal) – Avril 2019. Funchal, qui vient du mot portugais funcho signifiant fenouil, est une ville portugaise de la côte sud de l’île de Madère (à 800 km au large du Maroc). D’origine volcanique, cette île, d’une superficie de 750 km2, a la particularité d’être très verdoyante ; elle est d’ailleurs souvent dénommée l’« île aux fleurs ». Comptant près de 120 000 habitants, Funchal est le chef-lieu de la Région autonome de Madère, région qui regroupe les autres petites îles de l’archipel. Funchal est fondée en 1421, et est élevée au rang de ville en 1508 par le roi portugais Manuel 1er. En raison de sa position stratégique, le port de la ville de Funchal a été bombardé par la marine de guerre allemande en décembre 1916. Accrochée aux pentes des collines environnantes, cette ville est entre autres connue pour son port, sa cathédrale construite en 1514, et son hôtel de ville avec sa tour panoramique datant du XVIIIe siècle (cf. premier plan sur la photo).