Actualités

Dernières publications

« Le pré-urbain : un territoire refuge… », Métropolitiques, mis en ligne le 30 oct. 2017 (avec H. Marchal).
« Quand le périurbain s’étend, le pré-urbain émerge », Urbanisme, n° 403, 2017, p. 76-77 (avec H. Marchal). 
« La nature en tension entre l’urbain et le rural… », in P. Hamman (dir.), Ruralité, nature et environnement… , Éd. Érès, 2017.
Les sociologues et le périurbain : découverte… », Revue française de sociologie, vol. 57, n° 4, 2016, p. 619-639 (avec J. Damon et H. Marchal).

 

Galerie photos

BRATISLAVA (Slovaquie) – Avril 2018. Bratislava, capitale de la République slovaque, est la deuxième grande ville de l’ex-Tchécoslovaquie. Cette grande agglomération urbaine de 425 000 habitants se situe au carrefour de l’Europe centrale : l’Autriche et la Hongrie sont à environ dix kilomètres, la République tchèque est également très proche. Traversée par le Danube, la ville s’est tout d’abord implantée sur la rive nord, et pendant la période communiste, de nombreux grands ensembles se développeront sur la rive sud du fleuve (cf. photo). Les catégories sociales aisées investiront elles les pentes du sud-ouest de la ville à l’abri du château de Bratislava dont les fondations remontent au XIIe siècle.
TOUR HERZOG & DE MEURON (New York – 56 Leonard Street) – Janvier 2018. Depuis une dizaine d’années, on assiste à New York à une course vers le soleil ! Le boom de l’immobilier, conjugué aux innovations techniques et architecturales, repousse en effet les limites du ciel toujours plus loin, au point de modifier radicalement la Skyline de Manhattan. Partout on construit, et, en ce début 2018, des dizaines de chantiers se sont achevés ou sont sur le point de l’être. Dans le sud de Manhattan, au sein du Financial District, la tour Herzog & De Meuron, un empilement désordonné de « boîtes à chaussures » transparentes (250 m – 57 étages – 146 appartements) – dénommée la Tour Jenga – façonne, avec le One World Trade Center (541 m), le nouveau caractère du Downtown en pleine mutation.
L’évolution architecturale n’est nulle part aussi visible que depuis Central Park. De là, les promeneurs peuvent distinguer très facilement les nouvelles tours de plus en plus fines et de plus en plus hautes (la One57 de Christian de Portzamparc ; la 432 de Rafael Vinoly). À ces édifices s’ajoutera bientôt la Steinway Tower 111 West (438 m – 80 étages – 60 appartements), une réalisation du cabinet d’architecture SHoP. Celle-ci, construite le long de l’« allée des milliardaires »  (la 57e Street), aura la particularité d’être la tour la plus mince du monde (une base de 18 m de large). L’« allée des milliardaires » n’enchante pas les New-yorkais : elle symbolise, à leurs yeux, tous les excès du marché immobilier, marché qui prospère dans une certaine opacité, et souvent grâce à des capitaux étrangers (douteux ?) venus de certains pays d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique latine.
SANTIAG0 (Chili) – Décembre 2017. De la colline Santa Lucia à l’est du centre historique de Santiago, on bénéficie d’une belle vue sur l’ensemble de la ville… si le smog dû à la pollution le permet ! De là, on note les grands contrastes urbains : tours de verre, vieux immeubles, bâtiments publics du XIXe siècle, parcs… La ville de Santiago, fondée en 1541 par le conquistador Pedro Valdivia, est devenue, au cours de ces deux dernières décennies, une ville moderne, pleinement ancrée dans la mondialisation. Si les communes de Las Condes et de Providencia concentrent une grande partie des tours de la capitale chilienne, il n’en demeure pas moins qu’on en trouve de plus en plus au cœur de Santiago.
Sur les hauteurs de Santa Lucia (70 m environ) on aperçoit les gratte-ciel du quartier de Sanhattan dans la commune de Las Condes, l’une des plus riches de la capitale chilienne. C’est ici que se situe le centre des affaires financières et politiques le plus dynamique et le plus important de la ville et du pays.
HÔTEL MEZZARA (Paris – XVIe) – Novembre 2017. L’hôtel Mezzara est un hôtel particulier de style Art nouveau construit par l’architecte Hector Guimard entre 1910 et 1911. Cette belle demeure a été réalisée pour Paul Mezzara, industriel italien du textile et créateur de dentelles, qui ne l’habitera que pendant deux ans. Elle lui sert surtout de lieu d’exposition et de vente de ses tissus. En 1930, l’hôtel est vendu aux soeurs Lacascade qui le transforment en un établissement de cours privé, puis le cèdent à l’Éducation nationale en 1956. Il devient à cette date une annexe (« Foyer des lycéennes ») du Lycée Jean Zay (jusqu’en 2015). Ce chef-d’œuvre de l’Art nouveau, situé au 60 rue Jean de La Fontaine (Paris – XVIe) est exceptionnellement ouvert du 16/09/17 au 09/12/17 dans le cadre de l’exposition « Hector Guimard, précurseur du design ». Voilà une occasion de découvrir ce bâtiment méconnu de l’Art nouveau – en attente d’une destination -, qui n’est peut-être pas le plus exubérant de l’architecte, mais qui néanmoins réunit toutes les caractéristiques de son style : détails de décoration (poignées des portes, verrière zénithale ornée de vitraux, escalier avec ferronneries aux motifs floraux, mobilier de la salle à manger tout en rondeur…) et opulence de la balustrade et des balcons (cf. photo).
PUERTO DEL ROSARIO (Fuerterventura – Archipel des Canaries) – Novembre 2017. Si les Canaries sont en pleine euphorie (plus de 11 millions de touristes y ont été accueillis en 2016), il n’en demeure pas moins que cet archipel au large du Maroc a été touché par la crise après l’éclatement de la bulle spéculative immobilière espagnole de la décennie 2000. Les Canaries ont connu une grande vague de promotion immobilière au cours de la période 1980-2005 : les résidences et les hôtels s’y empilant à l’infini, dans une débauche de béton ; le long de la mer, les aménageurs construisant de vaste lotissements immobiliers. Mais la crise économique, qui touche l’ensemble des pays industrialisés au cours de la seconde moitié de la décennie 2000, a pour conséquence de faire reculer le tourisme aux Canaries. La demande touristique a franchi un seuil qui fait qu’aujourd’hui elle est inférieure à l’offre touristique en nombre de lits et d’appartements disponibles. C’est ainsi qu’en 2017 de nombreux lotissements de villas de vacances situés à proximité des plages de Fuerteventura ne sont pas terminées par manque de touristes et donc de capitaux (cf. photo). Se promener dans ces lotissements abandonnés est une expérience particulièrement désolante.