Actualités

Dernières publications

« La préférence française pour le pavillon », Constructif, n° 57/3, novembre 2020, p. 25-28.
« De la ville classique à la ”société urbaine” », L’ENA hors les murs, numéro Hors-Série, Juillet-Août 2020, p. 15-18.
« The city’s internal boundaries in the light of social-territorial realities », in F. Weber, C. Wille, B. Caesar & J. Hollstegge (Hrsg.), Geographien der Grenzen. Räume – Ordnungen – Verflechtungen, Wiesbaden, Springer VS, 2020, p. 343-355 (avec H. Marchal).

Galerie photos

LES ATELIERS DES CAPUCINS  (Brest – Finistère) – Septembre 2020. Les Ateliers des Capucins sont des anciens bâtiments de l’Arsenal de Brest. Ceux-ci ont été construits au début du XIXe siècle afin de répondre aux besoins de fabrication de nouvelles machines propulsives. Rétrocédés à la ville en 2009, ils sont reconvertis essentiellement en centre culturel – notamment une grande médiathèque – et commercial. Ce centre est désormais desservi par le premier téléphérique urbain de France qui traverse le fleuve côtier la Penfeld. Ces ateliers imposants sont constitués de trois nefs monumentales ; la nef centrale, dénommée la « place des machines », représente la plus grande halle couverte d’Europe avec ses 10 000 m2 de surface (cf. photo).
LE CHÂTEAU DE BRETEUIL  (Yvelines) – Août 2020. Le château de Breteuil est une grande demeure située dans la vallée de Chevreuse, à 35 km au sud de Paris. Il présente une architecture du XVIIe siècle, comportant une cour carrée, entièrement enserrée de murs et bordée de fossés. Les différents bâtiments sont à structure en brique et remplissage sous enduit. Le château est entouré de jardins à la française et d’un jardin à l’anglaise, dit « jardin des Princes » ; il est ainsi nommé en l’honneur de l’amitié entre la famille de Breteuil et la famille royale anglaise. Il dispose également d’une orangerie, d’un colombier et d’un labyrinthe.
Plusieurs personnes issues de la famille Breteuil se sont illustrées au cours de l’histoire, notamment Gabrielle-Émilie Le Tonnelier de Breteuil, plus connue sous le nom d’Émilie du Châtelet (née à Paris en 1706 – morte à Lunéville en 1749), femme de lettres, mathématicienne et physicienne, estimée pour sa traduction en français des Principia Mathematica de Newton, et Louis Auguste le Tonnelier de Breteuil, ministre de Louis XVI, qui arrêta le cardinal de Rohan à Versailles (1785) lors du scandale de l’affaire du collier.
LE CHÂTEAU DE VAUX-LE-VICOMTE  (Seine-et-Marne) – Juillet 2020. Le château de Vaux-le-Vicomte, situé à 50 km au sud-est de Paris, est un château du XVIIe siècle (1653-1661) construit pour le Surintendant des finances de Louis XIV, Nicolas Fouquet. Celui-ci fait appel aux meilleurs artistes de l’époque pour ériger ce château : l’architecte Louis Le Vau, le peintre Charles Le Brun et le paysagiste André Le Nôtre. Impressionné par l’éclectisme et la modernité de ce château, le roi fera de nouveau appel à eux pour construire celui de Versailles.
Majestueusement disposée sur un axe nord-sud de plusieurs kilomètres, la demeure de Vaux-le-Vicomte surgit par un effet de plans successifs tel un décor de théâtre. Cette perspective traverse le château par le vestibule et le grand salon vitrés, de là on peut apercevoir la statue dorée d’Hercule deux kilomètres plus au sud. À Vaux-le-Vicomte, l’architecte va se dégager des conventions rigides de l’architecture de l’époque. Auparavant, on construisait les bâtiments en corps simples, constitués de pièces avec des ouvertures sur la cour et sur les jardins. Cette disposition obligeait à placer les pièces en enfilade. Louis Le Vau introduira le couloir central qui distribue à l’étage quatre appartements indépendants, les dotant ainsi d’une intimité jusque là inconnue. Cette disposition sera reprise par la suite dans tous les hôtels particuliers du monde entier.