Actualités

Dernières publications

« La question du vivre ensemble : entre individualisation et cohésion sociale », in C. Bouriau, A. Moine et M. Rota (dir.), Le vivre ensemble saisi par le droit, Paris, Éditions Pedone, 2021, p. 23-37.
« Introduction – Sociologie des nouvelles marges urbaines », Revue de l’Institut de sociologie de l’Université libre de Bruxelles, vol. 90, 2020, p. 7-18 (avec E. Martin & H. Marchal).
« La périphérie du périurbain. Une approche socio-géographique de l’éloignement », Revue de l’Institut de sociologie de l’Université libre de Bruxelles, vol. 90, 2020, p. 119-133 (avec H. Marchal).

Galerie photos

AVIGNON  (Vaucluse) – Mai 2021. Cette préfecture du Sud de la France n’est pas seulement un centre administratif, c’est aussi une ville renfermant de nombreuses richesses patrimo-niales, notamment dans son centre historique : se balader dans ses ruelles étroites donne l’impression de se retrouver plusieurs siècles en arrière, notamment lorsque l’on débouche sur la place Crillon – anciennement dénommée place de la Comédie – sur laquelle subsiste encore la très belle façade du théâtre d’Avignon construit en 1732 (cf. photo). Jusqu’à la création de ce théâtre, Avignon ne disposait pas de salle de spectacle : les troupes jouaient leurs pièces dans les salles de jeux de paume. Il sera en fonction de 1734 à 1824, date à laquelle on érigea place de l’Horloge l’opéra d’Avignon. L’ancienne comédie d’Avignon, qui était un théâtre à l’italienne, est l’œuvre de Thomas Lainée, architecte qui a notamment travaillé sur la décoration de la chapelle royale du château de Versailles.
LA VILLA ZILVELI  (Paris – 19e) – Avril 2021. Construite à flanc de colline, sur la butte Bergeyre, cette maison, abandonnée depuis de nombreuses années, est aujourd’hui dans un état de délabrement avancé. Elle a été construite en 1933 par l’architecte Jean Welz (1900-1975) pour Athanase Zilveli, un ingénieur grec. L’architecte, ancien assistant d’Adolph Loos, imagine un édifice de 20 mètres de long sur 4,5 mètres de large reposant sur de frêles piliers cruciformes en béton armé et s’élevant à 5 mètres au-dessus du sol. Cette sorte de boîte suspendue est un exemple typique de l’architecture moderniste de l’Entre-deux-guerres. La fenêtre qui se trouve à l’avant – sur la façade ouest – offre une vue spectaculaire sur la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre. L’artiste Jean-Paul Goude tombe amoureux de cette villa et décide de la racheter en 2019. Au cours des prochaines années, elle sera entièrement détruite et reconstruite au plus près du modèle original, tout en tenant compte des nouvelles normes, notamment environnementales, et en s’appuyant sur les techniques modernes de construction.
LA CITÉ DES FLEURS  (Paris – 17e) – Avril 2021. Au cœur de la partie populaire du 17e arrondissement de Paris se cache un pittoresque et séduisant ensemble immobilier aux allures de petit village : la Cité des Fleurs. Située entre l’avenue de Clichy et la rue de la Jonquière, cette allée piétonne longue de 320 m est une véritable parenthèse de verdure. Une fois son portail franchi, l’agitation urbaine du quartier des Batignolles n’est plus qu’un lointain souvenir… Créée en 1947 par deux propriétaires (Jean-Edmé Lhenry et Adolphe Bacqueville de la Vasserie), la Cité des fleurs a trouvé rapidement son identité et son unité urbanistiques et architecturales grâce à l’établissement de plusieurs conventions réglementant la construction des habitations et l’aménagement des espaces extérieurs : l’alignement des façades, la limitation du nombre d’étages, la hauteur des murs mitoyens, la disposition des cours et jardins, l’aménagement des grilles de clôture ou encore les arbres obligatoires. Cette voie privée, rythmée par trois placettes circulaires et jalonnée d’élégants hôtels particuliers et de charmantes maisons aux styles architecturaux variés disposant d’un jardin fleuri sur l’avant, demeure près de deux siècles après sa création un témoin unique de l’architecture éclectique du XIXe siècle et d’un certain aménagement urbain offrant une large place à la nature.