Actualités

Dernières publications

 

 

« Les charmes discrets de la France périurbaine », Sciences Humaines Hors-série, « Où va la France ? Enjeux de notre temps », n° 24, mai-juin 2019, p. 38-40 (avec H. Marchal).
« Introduction à la sociologie urbaine », Paris, Armand Colin, 2019 (avec H. Marchal).
« Voyage à travers les présumés ghettos. Ombre et lumière des quartiers populaires des villes françaises », in M. Boucher et H. Marchal. (dir.), Banlieues, cités, ghettos, bidonvilles, campements… Définitions, mythes et réalités, Paris, L’Harmattan, 2019, p. 77-94.
« Gentrification of peri-urban spaces in France – the surroundings of Nancy », Raumforschung und Raumordnung / Spatial Research and Planning, n° 77(3), 2019, p. 1-15 (avec F. Weber et H. Marchal).
« Territoires au singulier, identités au pluriel », Paris, L’Harmattan, 2019 (avec H. Marchal).

 

Galerie photos

 

FUNCHAL (Île de Madère – Portugal) – Avril 2019. Funchal, qui vient du mot portugais funcho signifiant fenouil, est une ville portugaise de la côte sud de l’île de Madère (à 800 km au large du Maroc). D’origine volcanique, cette île, d’une superficie de 750 km2, a la particularité d’être très verdoyante ; elle est d’ailleurs souvent dénommée l’« île aux fleurs ». Comptant près de 120 000 habitants, Funchal est le chef-lieu de la Région autonome de Madère, région qui regroupe les autres petites îles de l’archipel. Funchal est fondée en 1421, et est élevée au rang de ville en 1508 par le roi portugais Manuel 1er. En raison de sa position stratégique, le port de la ville de Funchal a été bombardé par la marine de guerre allemande en décembre 1916. Accrochée aux pentes des collines environnantes, cette ville est entre autres connue pour son port, sa cathédrale construite en 1514, et son hôtel de ville avec sa tour panoramique datant du XVIIIe siècle (cf. premier plan sur la photo).
PRAIA (CAP-VERT) – Avril 2019. La ville de Praia est la capitale de l’État du Cap-Vert (Cabo Verde en portugais). Située sur l’île de Santiago – la plus grande des neuf îles habitées de l’archipel –, Praia compte plus de 125 000 habitants sur les 540 000 que regroupe l’archipel. Au large des côtes du Sénégal (640 km), le Cap-Vert était inhabité avant l’arrivée des explorateurs portugais en 1456. Première colonie européenne dans les tropiques, elle sert de tête de pont à la traite des esclaves et au commerce triangulaire. En 1858, Praia acquiert officiellement et définitivement le statut de capitale du Cap-Vert et concentre les pouvoirs politique, religieux et économique. Sous domination portugaise, le Cap-Vert accède à l’indépendance en 1975. Avec l’indépendance, Praia connaît alors une explosion démographique, et en trente ans sa population va quadrupler. De nombreux habitants de toutes les îles y émigrent, et aujourd’hui la capitale accueille près d’un quart de la population du Cap-Vert. Cette population s’installe sur les pentes des collines (cf. photo), situées tout autour du quartier historique du « Plateau ».
DAKAR (Sénégal) – Avril 2019. Dakar, qui compte un peu plus d’un million d’habitants, est la capitale de la République du Sénégal. À partir des années 1970, sous la double action de l’exode rural et de l’accroissement naturel, la région dakaroise s’est considérablement développée : on estime aujourd’hui que l’agglomération de Dakar s’élève à plus de 3,6 millions d’habitants. Sa situation à l’extrémité occidentale de l’Afrique, sur l’étroite presqu’île du Cap-Vert, a, sans aucun doute, favorisé l’installation des premiers colons, colons qui d’emblée en tirent profit pour développer les échanges commerciaux, y compris hélas, la traite négrière atlantique. C’est avec les Français, à partir de la fin de la décennie 1850, que la ville se développe sur le « Plateau ». La ville grandit, absorbe bientôt industries et commerces de la ville de Rufisque, pour finalement supplanter Saint-Louis en 1902 au rang de capitale de l’Afrique-Occidentale française (AOF). Les empreintes urbanistique et architecturale françaises sont encore bien visibles sur le « Plateau » non loin de la Place de l’Indépendance – Place Protet du temps de la période coloniale – (cf. photo), avec notamment le Palais présidentiel, l’Hôtel de ville, la Gare ferroviaire ou encore le marché Kermel.